Antarctique

Antarctique et Arctique

Sommaire

Avant propos

Les coordonnées géographiques d'un lieu sur la Terre se définissent par l'évaluation de trois notions, la latitude, la longitude et l'altitude.

La latitude est une mesure angulaire qui indique en degré le positionnement géographique selon l'axe vertical, nord ou sud d'un point sur Terre.
Sa valeur est de 0° à l'équateur ; elle s'exprime négativement dans l'hémisphère sud, par exemple -45° Sud, et de -90° au pôle sud géographique ;
elle s'exprime positivement dans l'hémisphère nord, par exemple 45° Nord, et de +90° au pôle nord géographique.
Les points de même latitude constituent un cercle approximatif appelé parallèle, car, parallèle à l'équateur, sauf aux pôles où ce cercle se réduit à un point.
Le parallèle zéro, ou équateur, divise la terre en deux hémisphères, l'hémisphère nord et l'hémisphère sud.

La longitude est une mesure angulaire qui exprime en degré le positionnement géographique Est ou ouest d'un point sur Terre.
Tous les points situés à la même longitude sont sur un arc allant d'un pôle à l'autre, appelé méridien qui coupe l'équateur à angle droit. Les méridiens se rapprochent progressivement depuis l'équateur vers les pôles.
L'amplitude de la longitude est de 360° par rapport au méridien zéro, le méridien de Greenwich, qui sert également de référence pour le calcul des 24 fuseaux horaires.
Le méridien diamétralement opposé au méridien de Greenwich est le méridien 180° autour duquel zigzague la ligne de changement de date.
Sur sa plus grande partie cette ligne suit le 180ème méridien, toutefois, elle a été déviée dans quelques endroits afin d'éviter essentiellement que des archipels du Pacifique se retrouvent à cheval sur deux dates.
Depuis le pôle Nord le 180ème méridien traverse l'Océan Arctique, la Russie, l'archipel américain des îles Aléoutiennes, les Kiribati, Tuvalu, les îles Fidji, la Nouvelle-Zélande, l'Océan Austral, puis le continent Antarctique qu'il aborde par la barrière de Ross.
Depuis le pôle nord, le méridien de Greenwich passe par l'océan Arctique, la mer de Norvège, la mer du Nord, la partie Est du Royaume Uni, la Manche ;
il aborde la France sur la communes de Villers-sur-Mer, puis croise le 45ième parallèle nord sur la commune de Puynormand dans le département de la Gironde, et quitte la France au niveau de la commune de Gavarnie dans le département des Hautes Pyrénées.
Il parcourt ensuite la partie Est de l'Espagne, la Mer Méditerranée, la partie ouest de l'Algérie, le Mali, le Burkina Faso, le Togo, le Ghana, puis l'Océan Atlantique Sud, l'Océan Austral, puis le continent Antarctique qu'il aborde par la Terre de la Reine Maud.
Le cercle formé par les méridiens zéro et 180° divise la terre en deux hémisphères, l'hémisphère Est et l'hémisphère Ouest.
Dans l'hémisphère Est, situé à l'Est du méridien zéro, la valeur de la longitude s'exprime positivement, par exemple, 45° Est ; dans l'hémisphère Ouest, situé à l'Ouest du méridien zéro, la valeur de la longitude s'exprime négativement, par exemple, -45° Ouest.
L'hémisphère Est couvre la majeure partie des continents européen et africain, l'Asie, une petite partie de l'océan Pacifique, l'Australie, l'océan Indien et la partie orientale de l'Antarctique.
L'hémisphère ouest couvre la bordure extrême occidentale de l'Europe et de l'Afrique, l'ensemble de l'océan Atlantique et du continent américain, une grande partie de l'océan Pacifique, et la partie occidentale de l'Antarctique.

C'est avec le système numérique sexagésimal "basé sur 60", que sont énoncées les angles et les coordonnées géographiques.
L'unité est le degré, écrit "°" ;
puis la minute, 60 minutes pour 1 degré, s'écrit " ' " ;;
puis la seconde, 60 secondes pour une minute, s'écrit " ? ", (point d'interrogation).
Les temps inférieurs à la seconde sont exprimés avec le système décimal.

Remarque :
Ne pas confondre les mesures angulaires utilisées pour exprimer les coordonnées géographiques avec les mesures horaires, notamment pour les minutes et secondes.

L'Antarctique

L'Antarctique, appelé également Continent Austral ou Continent Blanc, est le continent le plus méridional de la terre. Il contient le pôle Sud et n'a été exploré par l'homme qu'au XXe siècle. C'est le seul continent de la planète qui n'a jamais connu de peuplement indigène.
Le continent Antarctique couvre une superficie de 14 107 637 kilomètres carrés dont 280 000 kilomètres carrés son dépourvus de glace ; il représente le quatrième continent de la terre en terme de surface après l'Asie, l'Afrique et l'Amérique ; il est aussi le plus froid, le plus sec, le plus venteux, et possède l'altitude moyenne la plus élevée.
En hiver, le continent double quasiment sa superficie par la formation sur la mer de gigantesques barrières de glace pouvant aller jusqu'à près de 800 kilomètres du rivage.
Avec les parties émergées du plateau des Kerguelen et les îles situées sur la plaque antarctique, il représente la région antarctique ; toute cette région qui obéit à des phénomènes écologiques communs forme l'écozone antarctique.
Environ 98 % de sa surface sont recouverts d'une couche de glace d'une épaisseur moyenne de 2 000 mètres nommée inlandsis.
Le continent Antarctique contient environ 70% de l'eau douce mondiale, et 90% de la glace terrestre. Si toute cette glace fondait, le niveau des mers et des océans monterait de 60 mètres.
Il reçoit très peu de précipitations, excepté sur ses parties côtières ; l'intérieur du continent est considéré comme le plus grand désert glaciaire du monde sans aucune population permanente.
Seuls des plantes et des animaux adaptés au froid, au manque de lumière et à l'aridité y survivent, comme des manchots, des phoques, des poissons, des crustacés, des mousses, des lichens et de nombreux types d'algues.

Centré de manière asymétrique autour du pôle Sud et entouré par l'océan Austral ou Antarctique, le continent se situe à l'intérieur d'un cercle représenté par le 60ième parallèle de latitude Sud et sur 360° de longitude, soit toute la circonférence du globe.
Il se compose d'une grande île principale et d'un ensemble d'îles plus petites dont le littoral de 17 968 kilomètres se caractérise par la présence de gigantesques formations de glace appelées barrières qui s'avancent sur la mer.
Cette définition a été adoptée en l'an 2000 après proposition et sondage de l'Organisation Hydrographique Internationale (O H I) ; elle correspond également aux terres concernées par le traité sur l'Antarctique et sur lesquelles la souveraineté d'aucun pays n'est reconnue.

Le continent Antarctique est parcouru par la longue chaîne montagneuse Transantarctique qui coupe le continent en deux parties inégales, lesquelles correspondent approximativement aux hémisphères ouest et Est définis par les méridiens 0 de Greenwich et 180° autour duquel zigzague la ligne de changement de date.

L'Antarctique oriental,
ou Est Antarctique, 80° sud, 80° Est appartient à l'hémisphère Est ; il s'étend côté océan Indien de la chaîne Transantarctique et comprend la terre de Coats,la terre de la Reine-Maud,la terre d'Enderby, la terre de Mac-Robertson, la terre de Wilkes et la terre Victoria.
C'est un immense territoire de dix millions de kilomètres carrés presque complètement recouvert d'une épaisse couche de glace permanente d'environ 4 000 mètres d'épaisseur en son centre.
La partie orientale de l'Antarctique est plus froide que la partie occidentale à cause de son altitude plus élevée et reçoit couramment de fortes chutes de neige.

L’Antarctique occidental,
ou Ouest Antarctique 79° sud, 100° ouest, appartient à l'hémisphère ouest ; il s'étend du côté océan Pacifique de la chaîne Transantarctique et comprend la Terre Marie Byrd, la Terre d'Ellsworth, et la gigantesque péninsule Antarctique qui s'étire approximativement du Pôle Sud vers l'extrémité méridionale de l'Amérique du Sud.
C'est dans la péninsule Antarctique que se trouvent la plupart des zones non glacées du continent ; à l'ouest, se situe la plus grande île de l'Antarctique, l'île Alexandre-Ier, 49 070 kilomètres carrés, reliée au continent par une barrière de glace, le détroit de George 5.
La totalité de l'Antarctique occidental se trouve dans l'hémisphère Ouest ; les régions de l'Antarctique occidental non couvertes de glace, principalement la péninsule antarctique, constituent une région avec une biodiversité de type toundra connue sous le nom de Marielandia.
La calotte glaciaire qui le recouvre est devenue dangereusement instable à la suite du réchauffement climatique. Toutes les études menées depuis une dizaine d'années constatent qu'un réchauffement global de l'Antarctique occidental est entamé, notamment sur la péninsule Antarctique où la glace fond de manière très préoccupante.
Le glacier de l'île du Pin dans l'Antarctique occidental, fond à une vitesse alarmante et de manière invisible sous une épaisse couche de glace flottante, à environ un kilomètre sous la surface de l'océan. Depuis 50 ans, l'île du Pin a perdu 75 mètres d'épaisseur, et sa vitesse de fonte a augmenté de plus de 70%.
L'accélération irréversible de la fonte des glaciers de l'inlandsis Ouest-Antarctique, notamment dans la mer d'Amundsen montre qu'elle est déjà responsables de la hausse d'environ 1,2 mètre du niveau des mers et océans. Ce sont des centaines de kilomètres du littoral antarctique dont la glace va disparaître dans les prochaines décennies, c'est pourquoi l'observation scientifique du pôle sud sera capitale afin de prévoir l'élévation des mers et océans.

Le continent Antarctique abrite plus de 70 lacs situés à la base de la calotte glaciaire continentale et qui communiqueraient entre eux. Le plus grand de ces lacs subglaciaires est le lac Vostok avec 14 000 kilomètres carrés, découvert sous la base russe Vostok en 1996.

L'Antarctique possède des volcans actifs, dont le mont Erebus est le plus austral du monde ; il se situe dans la partie occidentale, sur l'île de Ross où il culmine à 3 794 mètres d'altitude.
Un autre volcan, situé sur l'île de la Déception, s'est fait connaître à la suite d'une gigantesque éruption en février 1969. En 2004, un volcan sous-marin a été découvert dans la péninsule Antarctique par des chercheurs américains et canadiens.

Le point culminant du continent est le massif Vinson, avec 4 892 mètres d'altitude dans les monts Ellsworth.
L'Antarctique contient de nombreux reliefs insulaires et continentaux comme la chaîne Transantarctique, et la péninsule Antarctique.
La péninsule Antarctique est quasiment la seule région du continent située au-delà du cercle polaire ; sa partie nord est nommée terre de Graham, et terre de Palmer pour sa partie sud. C'est la région la plus septentrionale et la moins glacée de l’Antarctique ; pour cette raison, elle accueillent de nombreuses bases scientifiques, tout comme les îles avoisinantes, notamment les îles Shetland du Sud, situées à une centaine de kilomètres plus au nord, au-delà du détroit de Bransfield.
La péninsule Antarctique est revendiquée par les argentins, les britanniques et les chiliens ; Cependant, comme le reste du continent, elle tombe sous le traité sur l'Antarctique et aucune des revendications n'est actuellement reconnue.

L'Antarctique est le lieu le plus froid sur Terre. C'est sur ce continent que la température naturelle la plus basse de la planète, -93,2 °C, a été estimée à Dôme Argus, le 10 août 2010, par des mesures météorologiques de télédétection par la NASA avec le satellite Landsat8.
Le record officiellement mesuré in situ est de -89,2 °C, le 21 juillet 1983 à Vostok, la base de l’armée russ.
En hiver, les températures atteignent un minimum compris entre -80 °C et -90 °C à l'intérieur du territoire. Les températures maximales se situent entre 5 °C et 15 °C et sont atteintes près des côtes en été.

L'Antarctique est plus froid que l'Arctique pour deux raisons. La première est qu'une grande partie du continent se situe à plus de 3 km au-dessus du niveau de la mer, or, la température diminue avec l'altitude. La seconde est que la région polaire arctique est recouverte par l'océan qui transmet sa chaleur relative à travers la banquise, permettant ainsi de maintenir des températures plus élevées qu'en Antarctique.
Compte tenu de la latitude, les longues périodes successives d'obscurité et d'ensoleillement créent un climat peu familier pour les êtres humains.

Les aurores polaires, courantes dans les zones australes, sont un phénomène lumineux visible dans le ciel nocturne près du pôle Sud qui résultent de l'interaction des vents solaires avec la haute atmosphère terrestre.
Les cristaux de glace sont un autre spectacle unique. Ils se forment dans les nuages ou dans l'air clair par cristallisation de la vapeur d'eau.
Un parhélie, phénomène atmosphérique et optique fréquent, est caractérisé par un ou plusieurs points lumineux près du Soleil.

En raison de sa position au pôle Sud, l'Antarctique reçoit relativement peu de radiations solaires. C'est donc un continent très froid où l'eau est principalement présente sous forme de glace. Les précipitations sont faibles, de 200 à 500 mm voire moins, et tombent presque systématiquement sous forme de neige qui s'accumule et forme un gigantesque inlandsis recouvrant le territoire. La plus grande partie de l'Antarctique appelée inlandsis, est considérée comme un véritable désert.
Certaines parties de cet inlandsis sont formées de glaciers en mouvements appelés courants glaciaires qui progressent en direction des pourtours du continent.
Près de la rive continentale se trouvent de nombreuses barrières de glace. Ces dernières sont de colossaux morceaux d'inlandsis flottants qui ne se sont pas détachés du continent.
Près des côtes, les températures sont suffisamment basses pour que la glace se forme à partir d'eau de mer pendant la majeure partie de l'année.

Considéré comme une réserve naturelle, le continent est protégé par la Convention sur la conservation de la faune et la flore marines de l'Antarctique et divers accords internationaux sur la protection de la biodiversité et sur la régulation du tourisme.
Les recherches scientifiques se concentre dans les domaines de l'Océanographie, de la glaciologie, de la géophysique, de la biologie marine, de l'astronomie, et de la climatologie.
C'est en Antarctique que l'on a observé et alerté sur la diminution de la couche d'ozone et sur un inquiétant changement climatique.

L'Antarctique ne compte pas d'habitants permanents mais plusieurs États maintiennent des équipes de scientifiques dans les diverses stations de recherche présentes sur le continent qui peuvent varier de 1 000 personnes en hiver à environ 5 000 en été.
Ces chercheurs effectuent en Antarctique des expériences impossibles à réaliser ailleurs dans le monde. Ils peuvent être biologistes, géologues, océanographes, physiciens, astronomes, glaciologues ou météorologues.
-Les géologues étudient notamment la tectonique des plaques, les météorites provenant de l'espace et les traces du morcellement du supercontinent Gondwana.
-Les glaciologues travaillent sur l'histoire et la dynamique des icebergs, de la neige saisonnière, des glaciers et de l'inlandsis.
-Les biologistes, en plus d'étudier la faune et la flore, s'intéressent à la façon dont les températures rigoureuses et la présence de l'être humain agissent sur l'adaptation et les techniques de survie d'un grand nombre d'organismes.
-Les médecins ont fait des découvertes concernant la propagation de virus et la réaction du corps aux températures extrêmes.
-Les astrophysiciens étudient la voûte céleste et le fond diffus cosmologique à la station d'Amundsen-Scott. Beaucoup d'observations astronomiques sont de meilleure qualité lorsqu'elles sont effectuées au sein du territoire Antarctique plutôt qu'à un autre endroit du Globe car l'altitude élevée offre une atmosphère raréfiée. En outre, les basses températures minimisent la quantité de vapeur d'eau dans l'atmosphère et l'absence de pollution lumineuse permet une vision de l'espace plus nette que n'importe où sur Terre.
La glace de l'Antarctique sert à la fois de protection et de milieu de détection pour le plus grand télescope à neutrinos du monde, l'IceCube, construit à 2 kilomètres en dessous de la station d'Amundsen-Scott.

Un traité sur l'Antarctique a été signé en 1959 par douze États. Il a été complété en 1991 par le Protocole au Traité sur l'Antarctique relatif à la protection de l'environnement en Antarctique. Il interdit les activités militaires, l'exploitation des ressources minérales sauf celles qui sont menées à des fins scientifiques.

Océan Austral

Selon la proposition de l'Organisation Hydrographique Internationale, L’océan Austral représenterait la surface des eaux qui encerclent les terres du continent Antarctique au sud du 60e parallèle sud sur une longitude de 360°.
Cette limite correspond également aux terres concernées par le traité sur l'Antarctique sur lesquelles la souveraineté d'aucun pays n'est reconnue.

Le nom d'océan Austral a été adopté en l'an 2000 après proposition et sondage de l'O H I ; cependant, il n'est toujours pas mentionné dans la liste des océans et des mers du globe car son existence n'a pas encore été officiellement ratifiée.
Dans la convention proposée par l'O H I, cet espace maritime circulaire correspondrait aux zones sud des océans Atlantique, Pacifique et Indien ; toutefois, cette définition nefait pas l'unanimité; pour les australiens, l'océan Austral englobe aussi toute l'étendue maritime située entre l'Antarctique et les côtes sud d'Australie et de Nouvelle-Zélande. Les côtes de Tasmanie et du sud de l'Australie seraient selon les australiens baignées par l’océan Austral et non par l’océan Indien.

À l'inverse des autres océans, l'océan Austral est le seul à être une masse d'eau qui entoure des terres.
C'est le plus jeune des océans ; il est né il y a 30 millions d'années, lorsque l'Antarctique et l'Amérique du Sud s'éloignèrent en créant le passage de Drake, donnant naissance au courant circumpolaire antarctique, ayant pour autres conséquences un refroidissement global du climat, et la formation d'une calotte polaire pérenne sur l'Antarctique.

Il couvre 20 327 000 kilomètres carrés, et baigne 17 968 kilomètres de littoral.
Sa profondeur est de 4.000 à 5.000 mètres sur une grande partie de son étendue, , avec une maximale de -7 235 mètres dans la fosse des îles Sandwich du Sud à 60° sud, 24° ouest.
Son plateau continental est étroit et très profond ; il peut atteindre jusqu'à -800 mètres, alors que la moyenne mondiale est d'environ -130 mètres.

D'un point de vue océanographique, l'océan Austral est limité par le parcours du courant circumpolaire antarctique, qui circule d'Ouest en Est autour du continent.
Nommé également Grande Dérive D'Ouest, c'est le plus puissant courant océanique ; il transporte 150 millions de mètres cubes d'eau par seconde, soit 130 fois plus que le débit de tous les fleuves du monde réunis, ou encore 600 fois le débit de l'Amazone.
Il joue un rôle moteur dans la circulation océanique mondiale ; il brasse les eaux provenant de l'océan Indien, du Pacifique, mais surtout de l'Atlantique Sud.
Des colonnes d'eaux froides sont créées dans les mers de Weddell, de la Terre Adélie et de Ross et vont tapisser le fond des bassins océaniques.
Cette région très riche en vie sous-marine et ornithologique reste très mal connue en raison des difficultés d'accès pour les expéditions scientifiques et techniques.

Un autre courant, le courant périantarctique circule d'Est en ouest au plus près du continent, séparé du courant circumpolaire par la divergence antarctique.
Le front polaire ou convergence Antarctique est la meilleure définition naturelle de la limite nord de l'océan Austral ; c'est une zone d'environ 30 à 50 kilomètres de large, au milieu du courant circumpolaire antarctique qui sépare les eaux de surface très froides au sud, des eaux subantarctiques plus chaudes au nord ; les eaux antarctiques descendant en dessous des eaux sub-antarctiques ; il contribue à isoler encore plus les terres continentales des flux de chaleur des moyennes latitudes.
Cette zone est une frontière naturelle entre deux régions hydrologiques, deux écologies marines, deux climats, et biologiquement très active.
Parmi les terres situées au sud de la convergence, on trouve les îles Shetland du Sud, les îles Orcades du Sud, la Géorgie du Sud, les îles Sandwich du Sud, l'île Bouvet, l'île Heard et les îles McDonald ; ces îles ont un climat polaire et sont recouvertes de glaciers.

Sur le continent des tempêtes cycloniques fréquentes et souvent violentes se dirigent vers l'Est du fait du contraste de température entre la glace et les eaux océaniques ; la zone qui s'étend entre les environs de 40° Sud et le cercle polaire antarctique subit les vents les plus forts connus sur la Terre, 320 kilomètres/heure.
En hiver, l'océan gèle au-delà de 65° sud dans le secteur Pacifique, et de 55° sud, dans le secteur Atlantique, abaissant les températures de surface bien au-dessous de 0°C et formant la banquise.

L'océan Austral est supposé être la principale source de formation des eaux profondes des océans dont il refroidit d'environ 2°C plus de la moitié du volume.
Des masses d'eau de température et de salinité différentes circulent autour et depuis l'Antarctique, conjointement avec la remontée d'eau profonde atlantique en provenance de la zone arctique.

Compte tenu des éléments et du climat inhospitaliers, l'accès et l'exploration de l'Antarctique sont très compliqués voire périlleux.
les conditions de navigation dans le grand sud exposent à d'énormes difficultés et une dangerosité de tous les instants notamment dans la région des "Quarantièmes rugissants" et des "Cinquantièmes hurlants".
Les quarantièmes rugissants est le nom donné aux latitudes situées entre les 40ième et 50ième parallèles dans l'hémisphère Sud, soumises à des vents particulièrement violents venant majoritairement de l'ouest.
Les vents des quarantièmes rugissants ont joué un rôle significatif dans le choix de la route suivie par les navires de commerce entre l'Europe, l'Amérique du Sud et l'Orient.
La ville néozélandaise de Wellington est la seule capitale nationale située dans les latitudes des quarantièmes rugissants.
L'île de Tasmanie, l'État le plus méridional de l'Australie, est située entièrement dans les quarantièmes rugissants et a, par conséquent, un littoral occidental moins peuplé et balayé par les vents. De même, le sud de l'Amérique du Sud, la Patagonie, est continuellement balayé par les vents des Quarantièmes rugissants et des Cinquantièmes hurlants.
Les cinquantièmes hurlants est le nom donné aux latitudes situées entre le 50ième et 60ième parallèle dans la zone de l'océan Austral dans laquelle se trouve le Cap Horn, , soumise à des vents violents et mer souvent grosse.

L'inlandsis de l'Antarctique est très touché par le réchauffement climatique ; certains scientifiques ont envisagé une dislocation partielle de la barrière de Ross à moyen terme. De par sa masse, si elle venait à dériver vers le nord plus au contact des rayons du Soleil, elle pourrait provoquer une hausse significative du niveau des mers.
En 2000, un Iceberg d'environ 11 000 kilomètres carrés, plus grand que la Jamaïque, s'est désolidarisé de la barrière. En 2002, ce sont des Iceberg d'environ 5 500 et 5 560 kilomètres carrés qui se sont détachés.

Les mers de l'Antarctique

Pour une meilleure compréhension de leur localisation, nous allons parcourir les mers de l'Antarctique en voyageant vers l'ouest, en commençant par l'hémisphère ouest.

La mer de Weddell,
couvre une superficie d'environ 2 800 000 kilomètres carrés dans l'Atlantique sud selon les coordonnées 72° sud, 41° ouest.
Glacée en permanence sur presque toute son étendue, elle est recouverte par la barrière ou plate-forme de Filchner-Ronne, immense formation de glace flottante de 422 420 kilomètres carrés, puis, par la banquise jusqu'à l'île de l'Éléphant, près des îles Shetland du Sud, à l'extrémité de la péninsule Antarctique.

La mer de Scotia,
est une mer de l'océan Atlantique Sud, répondant aux coordonnées 56° sud, 50° ouest.

Le passage ou détroit de Drake,
est né il y a 30 millions d'années, lorsque l'Antarctique et l'Amérique du Sud s'éloignèrent donnant naissance au courant circumpolaire antarctique.
Il sépare d'un peu plus de 800 kilomètres au nord le cap Horn en Terre de Feu dans l'extrémité sud de l'Amérique du Sud, des îles Shetland du Sud au sud, en Antarctique.
C'est un bras de mer d'environ 650 kilomètres, orienté ouest-sud-ouest, Est-nord-Est situé aux coordonnées 58° sud, 62°ouest ; il fait communiquer le sud-Est du Pacifique avec le sud-ouest de l'Atlantique et la mer de Scotia, partie de l'océan Austral.
À 105 kilomètres au sud-ouest du cap Horn, les petites îles Diego Ramirez constituent les seules terres du passage.
L'Organisation hydrographique internationale a définit la limite entre les eaux des océans Pacifique et Atlantique comme étant représentée par le méridien passant par le cap Horn.

La mer de Bellingshausen,
couvre une superficie de un million de kilomètres carrés dans l'océan Pacifique sud, entre la péninsule Antarctique à l'Est, et la mer d’Amundsen à l'ouest ; ses coordonnées sont de 70° sud, 85° ouest.
Elle borde la terre d’Ellsworth et baigne les îles Alexandre-Ier et Thurston.

La mer d'Amundsen,
se trouve dans l'océan Pacifique sud, entre la mer de Bellingshausen à l'Est, et la mer de Ross à l'ouest, aux coordonnées de 70° sud, 110° ouest.
Elle borde la Terre Marie Byrd sur la côte ouest de l'Antarctique.
elle est recouverte presqu'en permanence par la banquise, et est délimitée à l'ouest par le cap Dart et à l'Est par l'île Thurston.

La mer de Ross,
est le nom donné à l'immense baie profonde de l'océan Pacifique sud qui borde le continent Antarctique occidental entre la terre Marie Byrd à l’est et la terre de Victoria à l’ouest sur environ un million de kilomètres carrés, selon les coordonnées 75° sud, 175° ouest.
Au sud, sur la côte continentale se trouve la barrière de Ross ; c'est une gigantesque plate-forme de glace permanente de 600 mètres d'épaisseur qui s'avance de 800 kilomètres sur la mer, et couvre une superficie de 487 000 kilomètres carrés.
Sa plus grande partie se trouve entre les Terre Victoria et Marie Byrd ; sa limite sud-sud-ouest est la chaîne Transantarctique, au nord ouest l'île de Ross et le Détroit de McMurdo et au nord la mer de Ross.
La barrière est réputée pour son climat extrême ; plusieurs îles comme l'île Roosevelt sont complètement prises dans la glace de la barrière.
L'inlandsis de l'Antarctique est très touché par le réchauffement climatique ; certains scientifiques ont envisagé une dislocation partielle de la barrière de Ross à moyen terme. De par sa masse, si elle venait à dériver vers le nord plus au contact des rayons du Soleil, elle pourrait provoquer une hausse significative du niveau des mers. En 2000, un Iceberg d'environ 11 000 kilomètres carrés, plus grand que la Jamaïque, s'est désolidarisé de la barrière. En 2002, ce sont des Iceberg d'environ 5 500 et 5 560 kilomètres carrés qui se sont détachés.
À l’est se trouve l'île Roosevelt dans la baie des Baleines. À l’ouest se trouve l’île volcanique de Ross occupée par les volcans Erebus et Terror, séparé du continent par le détroit de McMurdo.
Situé à 800 km du pôle sud, le détroit de McMurdo est un bras de mer de 55 km de long, séparant l'île de Ross du continent Antarctique selon les Coordonnées 77° sud, 165° Est.
Il s'ouvre sur la mer de Ross au nord ; l'île de Ross forme la côte Est ; la barrière de glace de McMurdo forme la côte sud ; sur la côte sud-ouest se trouve le Chaînon de la Royal Society qui culmine à 4 205 mètres ; il fait partie des monts transantarctiques, l'un des chaînons les plus longs sur terre.
Libre de glaces en été, c'est un endroit privilégié pour la recherche scientifique.
Le point le plus méridional de la mer de Ross est la côte de Gould, distante de 495 km du pôle Sud.
La mer de Ross regroupe les île Black, Carney, Coulman, Roosevelt, de Ross, White.
Le 27 octobre 2016 un accord historique a été conclus sur le projet de faire de la mer de Ross le plus grand sanctuaire marin au monde. Ce projet, mené par la Commission pour la conservation de la faune et la flore marines de l'Antarctique instaure que désormais 1,12 million de kilomètres carrés seront interdits de pêche.

Parcourons maintenant l'hémisphère Est, toujours en direction de l'ouest.

La mer de Somov,
est le nom donné à la partie de l'océan Indien située entre la mer Dumont-d'Urville à l'ouest, et la mer de Ross à l'Est. Elle borde la Terre de Oates en Antarctique oriental selon les coordonnées 67° sud, 160° Est.

La mer Dumont-d'Urville,
est le nom de la partie de l'océan Indien qui borde la terre Adélie en Antarctique oriental selon les coordonnées 65° sud, 140° Est.

La mer de Mawson,
se trouve sur la côte Est du continent selon les coordonnées 65° sud, 105° Est.

La mer de Davis,
borde la côte Est du continent antarctique entre les barrières de glace ouest et de Shackleton, selon les coordonnées 66° sud, 92° Est.

La mer de la Coopération,
ou mer de l'Entente, anciennement mer de Mackenzie, se trouve entre la mer des Cosmonautes à l'ouest et la mer de Davis à l'Est. Au sud, elle borde la Terre de la Princesse-Élisabeth en Antarctique oriental.

La mer des Cosmonautes,
se trouve dans le sud de l’océan Indien, entre la mer de Riiser Larsen à l'ouest, et la mer de l'Entente à l'Est selon les Coordonnées 65° sud, 45° Est. Au sud, elle borde la Terre d'Enderby en Antarctique oriental.

La mer de Riiser-Larsen,
couvre une superficie de 1 138 000 kilomètres carrés entre la mer de Lazarev à l'ouest et la mer des Cosmonautes à l'Est, selon les coordonnées 68° sud, 22° Est.
Au sud, elle borde la Terre de la Reine-Maud dans l'Antarctique oriental.

La Mer du Roi Haakon VII,
est située entre la Mer de Weddell à l'ouest et la Mer de Lazarev à l'Est selon les coordonnées 67° sud, 20° Est.
Au sud, elle baigne la Côte de la Princesse-Martha.

La mer de Lazarev,
est une mer de l'océan Atlantique sud. Elle est située entre la mer de Weddell à l'ouest et la Mer de Riiser Larsen à l'Est selon les coordonnées 68° sud, 7° Est.
Au sud, elle baigne la côte de la Terre de la Reine-Maud.

Les îles de l'Antarctique

Outre l'île continentale, l'océan Austral possède peu d'îles ; parmi celles-ci, citons :

Les îles Shetland du Sud,
sont un archipel situé à 940 kilomètres au Sud-Sud-Ouest des îles Malouines, et à 120 kilomètres au Nord-Nord-Est de la péninsule Antarctique.
Elles sont séparées de la Terre de Feu au Nord par les 800 kilomètres du Passage de Drake, voie maritime naturelle entre les océans Atlantique et Pacifique, qui s'est ouvert il y a plusieurs millions d'années quand les continents Sud-Américains et Antarctique s'éloignèrent.
L'archipel s'étend sur une distance de 450 kilomètres depuis l’île Snow à l'Ouest-Sud Ouest jusqu'aux îles de l'Éléphant et de Clarence à l'Est-nord Est. Il compte 11 grandes îles et de nombreux îlots qui couvrent une superficie totale de 3 867 kilomètres carrés dont les principales sont l'Île du Roi-George, l'Île Livingston, l'Île Clarence, l'Île de l'Éléphant, l'Île Smith.
Son point culminant est le mont Foster qui se dresse à 2 105 mètres sur l'Île Smith ; sur l’île Clarence se trouve le mont Irving qui s'élève à 1 950 mètres ; l'île de la Déception abrite un volcan actif dont la forme de fer à cheval est due à l'envahissement d'une caldeira par la mer.
Ces îles sont à la même distance de l'équateur que les îles Féroé dans l'Atlantique nord, mais leur proximité du continent Antarctique leur confère un climat beaucoup plus froid. Entre 80 et 90% de leur superficie est recouverte de glace en permanence, et l'archipel est coupé du monde extérieur par la banquise de début avril à début décembre.
Dans le cadre de collaborations internationales plusieurs pays y subventionnent des stations de recherche réparties à travers l'archipel, essentiellement sur l’île du Roi-George, autour de l'aérodrome d'une base chilienne.

L'île volcanique de Ross,
couvre une superficie de 2 480 kilomètres carrés dans la mer de Ross, selon les coordonnées 77° Sud, 168° Est.
. Elle se situe face aux monts du Prince-Albert qui se trouvent dans la Chaîne Transantarctique entre la terre Victoria et la côte Hilary.
Du nord au sud l'île mesure environ 70 kilomètres, et 75 d'Est en Ouest. À l'ouest elle est séparée du continent par le détroit de McMurdo large de 55 kilomètres.
Les bases scientifiques des États-Unis et de la Nouvelle-Zélande) sont sur la côte sud de l'île au bout de la péninsule de Hut Point.
L'Île de Ross possède plusieurs volcans ; le Mont Erebus représente le volcan actif le plus austral du monde ; il est aussi le point culminant de l'île et s'élève à 3 794 mètres à l'Est de l'île ; le mont Terror se dresse à 3 230 mètres à l'ouest.
Les autres reliefs de l'île sont le mont Terra Nova 2 130 mètres, le mont Melton 2 000 mètres, et le mont Bird 1 765 mètres.

L'île Roosevelt,
couvre une superficie de 7 500 kilomètres carrés selon les Coordonnées 79° Sud, 162° Ouest.
Elle est recouverte de glace, et mesure environ 130 km sur 65 ; elle se situe dans la baie des Baleines à l'Est de la mer de Ross, juste en dessous de la barrière de Ross ; un relief central se dresse à 550 mètres.

Les îles Orcades du Sud,
sont un groupe de petites îles appartenant à un petit archipel situé dans l'océan Austral, à environ 1 340 kilomètres au Sud-Est de la Terre de Feu argentine, et 690 kilomètres à l'Est-Nord-Est de l'extrémité nord de la péninsule Antarctique.
Elles couvrent une superficie de 622 kilomètres carrés, et regroupe cinq principales îles, l'Île du Couronnement, l'Île Laurie, l'Île Signy, l'Île Powell, les Îles Larsen.
Le point culminant des Îles Orcades du sud est le mont Nivea qui se dresse à 1 266 mètres sur l'Île du Couronnement.
D'origine sédimentaire, 85% des terres sont recouvertes de glaciers, et la mer est gelée de fin avril à novembre.
Les îles sont inhabitées mais occupées par plusieurs colonies de manchots, comme des manchot à jugulaire, manchot papou et gorfou doré.

Les îles Balleny,
sont un archipel de 7 îles volcaniques situées dans la mer de Somov, à environ 260 kilomètres de la côte Est du continent.
Les îles totalisent une superficie d'environ 400 kilomètres carrés, et sont disposées sur 160 kilomètres selon un axe Nord-Ouest Sud-Est.
L’archipel regroupe trois îles principales, l’île Young, l’île Buckle et l’île Sturge, et plusieurs petites îles, l’île Row, les îles Borradaile, l’île Sabrina et le Monolithe.
Le point culminant de l'archipel est le Brown Peak qui se dresse à 1 524 mètres sur l’île Sturge.

L'île Joinville,
est la plus grande des îles du groupe que forment les îles Joinville. Elle mesure 64 kilomètres d'Ouest en Est et 20 du Nord au Sud. Elle se trouve à l'extrémité Nord-Est de la péninsule Antarctique dont elle est séparée par un détroit d'environ 48 kilomètres de long et de 11 à 19 de large.

L'île Pierre Ier,
est une île volcanique située dans la mer de Bellingshausen, à environ 450 kilomètres à l'ouest du continent Antarctique.
L'île principale couvre une superficie de 156 kilomètres carrés, et atteint 243 kilomètres carrés avec les îlots et les récifs qui l'entourent. Son point culminant est un volcan bouclier, le Pic Lars Christensen qui s'élève à 1 755 mètres.
L'île, quasiment constamment entourée par la banquise, est recouverte à 95% par les glaces atteignant souvent plusieurs dizaines de mètres lui donnant un caractère inhospitalier. Son accès est très difficile à cause d'un pourtour très accidenté qui présente de nombreuses falaises d'environ 40 mètres.
À l'est, la côte abrupt au pied du pic volcanique a été nommé côte de Bellingshausen ; au nord, en direction du cap Eva, se trouve la côte Mirnyi, et la côte Vostok4 au sud/sud-ouest.

L’île Scott,
est un îlot d’origine volcanique situé à 505 kilomètres au Nord-Est du cap Adare, l’extrémité Nord-Est de la Terre Victoria.
Elle mesure 370 mètres de long sur 180 de large, et couvre 0,4 kilomètres carrés ; son plus haut sommet est le Haggit’s Pillar qui culmine à 63 mètres.

L'île des Pétrels,
est située à environ cinq kilomètres de la côte Est du continent ; revendiquée par la France, elle fait partie du district de La Terre-Adélie des Terres australes et antarctiques françaises.
Elle abrite la principale base française en Antarctique, la base antarctique Dumont d'Urville qui est habitée en permanence par une cinquantaine de personnes depuis 1956.

Les reliefs de l'Antarctique

Les monts Ellsworth représentent la plus haute chaîne montagneuse de l'Antarctique.
Longue de 360 km sur 48 km de large,la chaîne s'étire selon un axe nord-sud en bordure occidentale de la barrière de Ronne où elle couvre une superficie d'environ 31 400 kilomètres carrés.
Un glacier scinde la chaîne en deux parties, au sud la chaîne Héritage, et au nord la chaîne Sentinelle qui contient le massif Vinson, point culminant du continent Antarctique..

Le mont Vinson est le plus haut relief du continent Antarctique ; il se dresse à 4 892 mètres d'altitude dans l'hémisphère ouest, où il forme la partie septentrionale des monts Ellsworth, selon les coordonnées 78° sud, 85° ouest.
Ces monts dominent la barrière de Filchner-Ronne qui couvre la partie la plus occidentale de la mer de Weddell.
Il est distant d'environ 1 200 kilomètres du pôle Sud, et se situe plus précisément dans la partie est de la terre d'Ellsworth, elle-même limitée au nord par la barrière de Filchner-Ronne, au sud par la terre Marie Byrd, à l'ouest par la mer de Bellingshausen, et au nord-ouest par la péninsule Antarctique.
Le massif couvre une surface de 21 km sur 13 ; son altitude a été mesurée par rapport au socle rocheux sur lequel il repose, mais il ne dépasse l'inlandsis que d'environ 2 400 mètres.

Représentant une sorte de S étiré, la Chaîne ou Monts Transantarctique s'étend sur 3 200 kilomètres, depuis la terre de Oates, à environ 69° de latitude sud en terre Victoria septentrionale, jusqu'à la terre de la Reine-Élisabeth, sur la côte sud de la mer de Weddell.
Elle couvre une superficie de 584 000 kilomètres carrés, et sa largeur varie de 100 à 400 kilomètres.
Elle borde sur les deux tiers de sa longueur toute la côte ouest de la mer de Ross, et sépare sur le tiers restant l'Antarctique oriental de l'occidental.
Elle est entrecoupée par de nombreux glaciers alimentés par l'inlandsis Est-Antarctique ; elle est bordée sur ses versants ouest et sud par le plateau Antarctique et se trouve à moins de 300 kilomètres du pôle Sud, à environ 87° de latitude sud.

La chaîne montagneuse possède plusieurs sommets de plus de 4 000 mètres, dont son point culminant, le mont Kirkpatrick s'élève à 4 528 mètres dans la chaîne de la Reine-Alexandra.
Elle regroupe plusieurs ensembles montagneux à l'Est de la mer de Ross, chaînes du Prince-Albert et de McMurdo, chaîne de la Reine-Alexandra, monts de la Reine-Maud ; et les monts Horlick, Thiel, et Pensacola au sud de la barrière de Ross.

La chaîne de la Reine-Maud,
ou montagnes de la Reine-Maud couvre une superficie de 92 800 kilomètres carrés et représente un des principaux ensembles montagneux de la chaîne Transantarctique.
Située entre la barrière de Ross et le plateau polaire Antarctique, elle se subdivise en plusieurs sous-ensembles, la Chaîne du Commonwealth, la Chaîne Supporters, la Chaîne Dominion, la Chaîne Hughes, les Monts Bush, le Massif Otway, les Monts du Prince-Olav, les Monts centraux de la Reine-Maud.
La Chaîne de la Reine-Maud possède de nombreux sommets de plus de 3 500 mètres ; son point culminant est le Mont Kaplan qui se dresse à 4 230 mètres dans la Chaîne Hughes.

La chaîne de la Reine-Alexandra,
couvre une superficie de 74 600 kilomètres carrés ; elle se situe entre la barrière de Ross et le plateau Antarctique, et se divise en plusieurs sous-ensembles, les Monts Churchill, les Monts de la Reine-Élizabeth, les Monts de la Reine-Alexandra.
Le point culminant de la chaîne se trouve dans les Monts de la Reine-Alexandra, c'est le Mont Kirkpatrick qui s'élève à 4 528 mètres ; la chaîne possède en outre plusieurs sommets de plus de 4 000 mètres comme le Mont Elizabeth 4 480 mètres, le Mont Markham 4 351 mètres, le Mont Bell 4 303 mètres, ou encore le Mont Mackellar 4 297 mètres...

La chaîne de l'Amirauté,
couvre une superficie de 14 700 kilomètres carrés dans le nord de la Terre Victoria, délimitée par la mer de Ross, l'océan Austral, et des glaciers.
Elle possède de nombreux sommet de plus de 3 500 mètres ; son point culminant est le Mont Minto, qui s'élève à 4 166 mètres.
Bordé par la chaîne de l'Amirauté, le cap Adare forme l'extrémité d'une péninsule qui sépare la mer de Ross à l'est de l'océan Austral à l'ouest.

La péninsule Antarctique,
est très escarpée et montagneuse ; ses plus hauts sommets s'élèvent jusqu'à 2 800 mètres.
Ses montagnes sont considérées comme la continuité des Andes de l'Amérique du Sud, une dorsale sous-marine reliant les deux.
Ses glaciers se prolongent par la barrière de Larsen, qui se rompit de manière significative en 2002.

Le continent possède des volcans sous-marins, et plusieurs volcans actifs qui se situent dans sa partie occidentale, en mer de Ross, le long de la péninsule antarctique, sur certaines îles sub-antarctiques comme l'île de la Déception.
Situé sur l'île de Ross, le mont Erebus est le volcan actif le plus austral du monde. Un autre volcan, qui se trouve sur l'île de la Déception s'est fait connaître à la suite d'une gigantesque éruption en février 1969.
Les éruptions mineures sont courantes et des coulées de lave ont été observées ces dernières années. D'autres volcans endormis peuvent être potentiellement actifs. En 2004, un volcan sous-marin a été découvert dans la péninsule Antarctique.

L'Antarctique abrite également plus de 70 lacs qui se trouvent à la base de la calotte glaciaire continentale.
Le lac Vostok découvert sous la base antarctique russe Vostok en 1996, est le plus grand de ces lacs subglaciaires avec 14 000 kilomètres carrés.
Des forages ont permis d'évaluer l'épaisseur de la glace à cet endroit à 3 600 mètres.
Supposés isolés depuis 500 000 à un million d'années, il semblerait en fait que les lacs communiquent entre eux.

L'épaisseur moyenne de l'inlandsis qui recouvre presque tout le continent avoisine les 2 000 mètres, et atteint 4 500 mètres par endroits.
L'inlandsis se prolonge au-delà du littoral en gigantesques plateformes de glace permanente appelées barrières comme les barrières de Ronne et de Filchner sur la mer de Weddell à l'Est de la péninsule Antarctique, ou encore la barrière de Ross sur la mer de Ross.
Le volume des glaces qui recouvre le continent Antarctique représente 70% de l'eau douce de la terre, et est estimé à environ 30 millions de km3, soit 26 039 200 km3 pour l'antarctique oriental, 3 262 000 km3 pour l'Antarctique occidental, et 227 100 km3 pour la péninsule Antarctique.
Cependant, malgré le climat polaire qui y règne et toute la glace et la neige qui recouvrent l'Antarctique, une certaine partie du continent dont les précipitations annuelles sont faibles, parfois même absentes, peut être assimilée à un désert, comme par exemple dans les vallées sèches de McMurdo.
Couvrant une superficie de 4 800 kilomètres carrés, les vallées sèches de McMurdo forment tout un réseau de vallées situées dans la terre Victoria, à l'ouest du détroit de McMurdo ; elles seraient l'environnement terrestre le plus proche de celui de Mars.
La pluviométrie y est très faible, atteignant en moyenne 10 cm de neige par an, soit équivalent à 1 cm d'eau. Cela en fait des déserts parmi les plus extrêmes de la Terre,peut-être encore plus aride que le désert d'Atacama.
En outre, elles se trouvent dans la tourmente des vents soufflant à 320 km/h qui descendent des montagnes environnantes, asséchant toute l'eau, la neige et la glace, même si en été des cours d'eau éphémères issus de la fonte des glaciers parviennent brièvement à se former.
En hiver il fait généralement trop froid pour que la neige puisse tomber, en particulier au sud et à haute altitude, où elle s'accumule essentiellement sous l'effet du vent.

L'Antarctique en bref ...

Superficie: 14 107 637 kilomètres carrés, dont 280 000 libres de glace.
Population: pas de population permanente ; environ 1 500 personnes réparties sur 52 bases scientifiques.
Éloignements: 975 kilomètres de l'Amérique du Sud ; 2500 kilomètres de l'Australie ; 4000 kilomètres de l'Afrique.
Altitude moyenne: 2 300 mètres, ce qui en fait le continent le plus haut.
Point culminant: Massif Vinson, 4 892 mètres.
Plus grand glacier: le Lambert, 65 kilomètres de large sur 400 de long.
Littoral : 17 600 kilomètres.
Profondeur maximale de l'océan Austral: -6 972 mètres près des Îles Shetland du Sud.
Températures extrêmes: -89,2°C, relevé sur la base Vostok à 3 420 mètres d'altitude le 21.07.1983.
L'Antarctique est l'endroit le plus venteux avec des vents de 320 kilomètres par heure.
La calotte glacière a une épaisseur de 2 855 mètres au pôle sud, et atteint un maximum de 4 776 mètres, sur la Terre de Wilkes, à 400 kilomètres des côtes orientales de l'Antarctique. 50% de la masse glaciaire repose sur un sol qui se trouve au dessous du niveau de la mer.
Fuseaux horaires: UTC -12 à UTC plus 12 ; UTC+0 au niveau du pôle Sud.

> Retour vers la liste des pays ou territoires d'Océanie